www.maitrisedusage.eu / lexique
   
   
     

Le lexique de la maîtrise d'usage

 

La Démocratie : une et indivisible,

elle est notre but à atteindre, notre Utopie pour bâtir un monde durable . La participation des habitants à la vie de la Cité en est aujourd'hui l'une des conditions essentielles. Le risque d'un conflit, régulièrement agité, entre une démocratie représentative et une démocratie participative signifierait la concurrence entre le suffrage universel et la participation des habitants au projet. Cette critique, qui opposerait le politique à une simple méthodologie, n'est ni crédible ni tenable. Et notre pratique la dément formellement.

Le projet : « ce que l’on a l’intention de faire… » (Larousse)

Le projet est un mouvement, la modification d'un état connu vers un inconnu, une violence. Projeter : "lancer en avant" . Un élan vital qui anime une société. Le projet urbain, c'est prendre une part du rêve de chacun pour bâtir le bien commun…

La participation des habitants ne peut exister sans un projet
et, affirmons-le aujourd’hui :
le Projet ne peut exister sans la participation des habitants…

Le maître d’ouvrage : initiateur et destinataire du projet,

il lui appartient d'exposer la vision d'ensemble et le contexte.
Il donne la philosophie du projet, en définit les objectifs, estime les faisabilités, assure le financement...
Entouré d'experts, il rédige un cahier des charges qu'il remettra au maître d'œuvre.

Le cahier des charges : la courroie de transmission

entre le maître d'ouvrage et le maître d'œuvre choisi pour réaliser le projet.Elaboré par le maître d'ouvrage et ses experts, il présente les objectifs, le programme, les contraintes du projet;

Le maître d’œuvre :

entouré d'experts, il inscrit le cahier des charges dans la réalité.
Ses outils : l'organisation de l'espace, le développement durable , la qualité architecturale, les fonctionnalités, l'intégration des contraintes, la maîtrise du coût global, ...

La concertation :

Selon la réglementation actuelle, les habitants s'expriment sur le projet à travers la concertation. Celle-ci fonctionne sur l'attelage maître d'ouvrage / maître d'œuvre ; la parole est donnée aux habitants sous forme de réunions publiques de présentation suivies d'une enquête publique.

La participation :

Mais cette méthode élémentaire livre le plus souvent une parole brute, individuelle, spontanée et peu informée et seules les associations bien structurées prennent véritablement part aux débats.

La participation, quant à elle, se nourrit de cette matière brute des habitants pour tisser, au fil des réunions des groupes de travail et des réunions publiques de restitution, une parole construite en commun, une cohérence consignée et présentée dans un "cahier de préconisations".

Le cahier de préconisations :

Avec ces préconisations, les habitants révèlent aux maîtres d'ouvrage et d'œuvre leurs attentes, leurs désirs, leur expertise du quotidien. Ils confèrent au "cahier des charges" du maître d'ouvrage et en amont du projet la dimension d'usage et d'humanité que la concertation peine à recueillir.

L'assistance à maîtrise d'usage :

Pour mener à bien une démarche participative, depuis l'expression de la parole brute et individuelle des habitants jusqu'à la rédaction d'un cahier de préconisations collectives, la présence d'un " animateur " s'avère nécessaire.

Cet " assistant à maîtrise d'usage ", architecte, urbaniste, …, a pour charge d'initier les membres du groupe de travail à la complexité de la ville et du projet urbain, décoder les cahiers des charges, intégrer les contraintes urbaines et techniques à la réflexion du groupe, accompagner l'élaboration et la rédaction du cahier de préconisations.

Se dessine ainsi un nouveau métier, qui requiert ses acteurs, ses formations, évaluations, financements, …

Les maîtres d'usage :

La maîtrise d'usage se constitue selon les opportunités de projets.

Ses acteurs : les habitants. Son milieu naturel : les Conseils de Quartier . Observatoires privilégiés de la vie de quartier, là se tiennent les débats sur les projets qui modifient la vie des habitants.

Dans ce contexte méthodologique, la maîtrise d'usage s'inscrit réellement comme la troisième dimension de l'aménagement et du projet.


nous, les habitants
maîtres d’usage,
experts en quotidien