www.maitrisedusage.eu / la demarche participative
     
   
     

la démarche participative

 

 

La démarche participative se fonde sur la vitalité des Conseils de Quartier,
à l’action desquels elle donne un sens et une dynamique.
Elle se déroule selon 5 temps forts :

temps 1 : identification du projet d’aménagement ou d’équipement

Un groupe informel d’habitants se saisit d’un projet annoncé, aménagement ou équipement.
Il en devient le rapporteur et en assure la présentation au bureau d’animation du(des) Conseil de Quartier concerné, qui l’inscrit à l’ordre du jour de sa prochaine assemblée plénière .
Le projet peut être d’initiative publique (collectivité, aménageur,…), ou proposé par les habitants eux-mêmes. Le maître d'ouvrage doit, bien sûr, être acquis aux principes de la participation.

temps 2 : présentation du projet en assemblée plénière

La démarche participative est alors soumise au vote des habitants du/des Conseils de Quartier concernés, en territoire et/ou en usage, par le projet.
Après un vote positif, le bureau d'animation organise un appel de candidatures pour choisir un "animateur", selon des critères de méthodologie et de références, et se met à la recherche d'un budget pour l’étude.

temps 3 : constitution d’un groupe de travail

Le choix de l'animateur sera effectué en réunion plénière, avec rappel de objectifs et présentation de la méthodologie, suivi par la constitution du groupe de travail, généralement composé d’une vingtaine d’habitants d’horizons très divers + 2 représentants d’associations, sur la base du volontariat et de la disponibilité.

temps 4 : le temps de l’étude participative

L'étude participative se cale sur le temps du projet: une phase amont de préconisations, sur quelques mois, et une phase veille, qui accompagne le projet dans ses temps de conception, délais administratifs, réalisation. Plusieurs années, donc. Chaque réunion des groupes de travail se répartit en trois parties d’égale importance :
1) réception d’un invité, personne qualifiée qui donnera son éclairage sur le projet ;
2) la séance de travail sur le projet : débats contradictoires, production de schémas, de maquettes ;
3) organisation et préparation de la restitution de ce travail auprès des habitants sous diverses formes: séance plénière, présence sur le marché, questionnaire et dépouillement, porte à porte,.. Chaque séance fait l'objet d'un compte rendu, rédigé par un habitant membre du groupe.
Dans la démarche participative, le groupe de travail ne représente que lui-même ; il ne reçoit aucun mandat des autres habitants.
Le travail de restitution auprès des habitants du quartier est donc essentiel pour la crédibilité de la démarche.

temps 5 : élaboration d’un document de cohérence

A partir des "regards et paroles" des habitants, le groupe de travail produit un cahier de préconisations qui sera inséré dans le cahier des charges techniques du maître d’ouvrage pour communication à la maîtrise d’œuvre.
L'élaboration de plans, schémas, maquettes,… a servi au groupe à comprendre les échelles en jeu, les contraintes à intégrer ou à amender, à transformer les paroles d’habitants en actes, à en réaliser non pas un compromis mais une cohérence.
Les habitants ne se substituent pas ici aux " professionnels " ou aux experts.
Mais ils se forgent des outils pour échanger avec les autres acteurs de l’aménagement.
Le document de cohérence est une base argumentaire solide, appropriable par l’ensemble des habitants et recevable par la maîtrise d'ouvrage.

L’ATELIER 13 accompagne les habitants au long de la veille des projets

Structure associative locale qui réunit l'ensemble des membres des groupes de travail, l'atelier 13 s'est très vite révélé un outil indispensable pour maintenir l'existence et la cohésion des groupes de travail, recueillir et diffuser les informations au cours des interminables mais inévitables temps de veille des projets.